• Facebook
  • YouTube

© OFM Conventuels Narbonne - Tous droits réservés.

La Fraternité

Le Seigneur m'a donné des frères

La Fraternité a toujours été au cœur de notre spiritualité franciscaine. Nous sommes appelés à vivre en commun cette fraternité. Nous devons la bâtir, la garder et la promouvoir comme une expression du Royaume de ce Dieu d'amour et de miséricorde qui se fait proche. Notre branche franciscaine des "conventuels" porte au plus haut point ce fondement du charisme fondateur.

Nous nous reconnaissons fils d'un Père qui nous aime, ainsi que tout homme et toute créature sortis de ses mains. Emportés dans ce tourbillon d'amour, comment pourrions-nous ne pas avoir de liens de cordiale fraternité avec toute personne, dans le respect, puisque ce même amour Trinitaire nous fonde ?

Les yeux de la foi nous aident à percevoir cet amour qui se manifeste également par les frères qu’il met sur notre route. Ce sont eux qui nous révèlent sa tendresse et nous invitent, à travers eux à lui répondre par un même amour. La fraternité consiste donc à devenir les uns pour les autres "langage de Dieu". C’est bien ce qu’exprime Saint François dans son testament lorsqu’il affirme que Dieu lui a donné des frères.

Fidèles à l’esprit de saint François, nous voulons donner à nos communautés un visage de simplicité rayonnante qui respire la joie fraternelle à l’image de Dieu qui s’est fait pauvre. La mise en commun des biens prescrite par notre séraphique Père donne sens à la solidarité que nous voulons vivre avec les femmes et les hommes vivant dans la difficulté en leur témoignant qu’il est possible de vivre en frères la pauvreté évangélique, source de toute paix.

La Minorité

Ils s'appelleront frères mineurs.

Sœur de l’humilité et de la pauvreté, la minorité se caractérise par la renonciation à tout désir de domination : "être soumis à toute créature, selon l’expression de saint François". Dans la société du XIIème siècle, les classes sociales étaient réparties entre "majeurs" (classe dominante) et "mineurs" (c’est-à-dire les petits). Issus de la première, François prétend rejoindre la seconde, et invite ses frères à lui emboiter le pas.

Dès lors, pour le franciscain, il ne s’agit pas de "faire" quelque chose pour les pauvres et les petits, mais de se reconnaître soi-même tel pour mieux "être avec".

Là encore, il s’agit de vivre l’expérience du Christ lui-même, qui "de riche qu’il était s’est fait pauvre, pour qu’en sa pauvreté, nous trouvions la richesse."

C’est pourquoi, les "frères" de François d’Assise, s’appellent : "Frères Mineurs".

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Google+ Icon
  • Black YouTube Icon
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube