• Facebook
  • Instagram
  • YouTube

© OFM Conventuels Narbonne - Tous droits réservés.

7 questions à...

Frère Samuel-Marie-de-Revière



C’est par une chaude après-midi d'été que nous donnons rendez-vous à frère Samuel dans le cadre saisissant du salin Saint-Martin en bordure du village de Gruissan, là où l’Evangile prend soudain saveur et couleur. Frère Samuel nous confie ne pas avoir le pied marin mais c’est cependant confiant et joyeux qu’il a répondu à l’appel du Seigneur à devenir à Sa suite un pêcheur d’Hommes.


Frère Samuel, tu as 38 ans aujourd’hui, peux-tu revenir brièvement pour nous sur ton parcours de vie. Quel a été pour toi le moment déterminant, le contexte dans lequel est né ton appel à la vie religieuse ? Comment as-tu accueilli cette vocation naissante?

Aîné de deux enfants, d’une famille chrétienne, je suis né le 02 juin 1981 dans la commune de Croix située dans la Métropole européenne de Lille, dans le département du Nord. Après l’obtention du baccalauréat, j’ai suivi des études d’Histoire à Lille III. C’est à l’âge de 22 ans, lors d’un pèlerinage à Lourdes au service des malades que j’ai réellement pris conscience de ma vocation. Le service auprès du plus faible m’a fait reconnaître le Seigneur et m’a permis de comprendre Sa volonté sur ma vie. A la fin de mes études, je suis rentré au postulat chez les frères mineurs de Brive-la-Gaillarde tout en travaillant à ce moment-là dans la restauration pour finalement en 2013, rejoindre les frères mineurs Conventuels au couvent de Cholet, le temps d’une année saint François et d’une année de postulat. 2015, c’est l’année de mon entrée au noviciat à Assise au terme de laquelle j’ai professé les vœux temporaires le 27 août 2016. S’en sont suivis trois ans d’études à Padoue jusqu’à aujourd’hui.

Pourquoi les franciscains? qu'est ce qui t'as séduit et t'attire encore aujourd'hui dans la figure de Saint François, dans son charisme, dans le style de vie franciscain?

La simplicité de l’Evangile, tout un chemin d’abandon ! François est pour moi un maître spirituel en ce sens où il a influencé ma façon de prier pour le reste de ma vie, mon "travail", ma mission de religieux que je porte aujourd’hui comme une offrande d’amour. Comme Jésus, François était sensible à la condition des marginaux, des pauvres et des oubliés de la société, une vie donnée pour les autres et pour l’Eglise que j’ai voulu imiter et que je m’efforce chaque jour d’imiter davantage.


En quoi cette proximité avec Saint François t'aide-t-elle à vivre ta vocation au quotidien?

Il est le grand frère qui me porte toujours au Père, qui me guide, me rattrape et me remet toujours sur le bon chemin. Il est l’exemple qui m’aide à vivre ma vocation de religieux, celle de suivre les traces du Seigneur, celle d’aimer comme lui aime, celle de faire le bien autour de moi et celle de devenir saint.


Revenons sur le temps de la formation. Quelles ont été tes joies, tes découvertes tout au long de ces années de vie communautaire et de formation? Quelles richesses en retires-tu?

L’année du noviciat demeure l’année la plus belle que j’ai pu vivre durant ces 4 ans de vie religieuse, avec des frères de toutes provenances, des moments de prières dans les lieux ou François a vécu, des moments de fraternité inoubliables dans une atmosphère de joie et de relative paix, puisque ce fut aussi la découverte de moi-même, de mes faiblesses, de mes craintes liées aux douleurs de mon passé. Richesse finalement de pouvoir dépasser tout cela et d’être capable de construire un présent et un avenir plus sereins et plus joyeux, ensemble, en fraternité et communauté, toujours en présence du Seigneur. Je dirais que la plus grande richesse reçue à ce jour fut le frère, le confrère, celui avec qui il m’eut été donné de partager ces années.


Samuel, tu as depuis quelques jours rejoins la communauté des frères mineurs Conventuels de Narbonne, au couvent Saint Bonaventure, c’est là que jeudi 15 août à 10H30, lors de la messe solennelle, tu renouvelleras tes vœux temporaires. Que t'inspire ce lieu et la figure de Saint Bonaventure?


Le jour de son entrée au noviciat au côté de frère Emidio-Marie Ubaldi.

Ce lieu m’évoque entre autres les débuts de notre Custodie ici à Narbonne, mais aussi les frères qui ont marqué ce lieu et mon parcours personnel comme frère Emidio, frère François, frère Bernard.

Le lieu et la figure de saint Bonaventure me poussent davantage à poursuivre l’ouvrage entrepris, ils m’inspirent la joie dans la prière, dans le travail et dans la mission, dans le discernement et dans la contemplation.



Justement, quelle est la place de la prière dans ta vie et le sens de la mission pour toi? Comment répondre à l'appel du Christ à Saint François aujourd'hui de "réparer Son Eglise"?


La prière à la première place, c’est le cœur, le centre de ma relation avec Dieu, elle donne un sens à ma vie. C'est là qu'Il m’instruit, corrige mes erreurs, me débarrasse de mes fautes. C’est le lieu où Il m’exprime tout Son amour, restaure et me prépare afin que je puisse accomplir Sa volonté. Sans la prière, où pourrais-je puiser la force dont j’ai besoin chaque jour? Je réponds à l’appel du Christ tout simplement en me rendant disponible à Lui, Lui fera le reste.


Pour finir et plus généralement, comment être aujourd’hui sel de la terre et lumière du monde?


En étant tourné incessamment vers le Seigneur et en égayant la vie des Hommes, en la rendant moins triste, moins fade. Redonner le goût de vivre à ceux qui l'ont perdu : donner de la saveur à leur vie. Être simplement présent à ceux qui nous entourent, les aider à mettre en lumière leurs qualités, à développer leur potentiel. Ne pas s'attarder sur le mal qui est en chacun, mais s’émerveiller du Beau, ENCOURAGER !


  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Google+ Icon
  • Black YouTube Icon
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube